Les assises de l’ingénieur : Et la fusion?

IngénieursLes Assises de l’ingénieur : 
Et la fusion? 

Ce qu’en pense l’Alliance du Trèfle

Ce n’est pas tant la fusion des corps dont l’Etat a besoin, mais plutôt d’un recours facilité aux compétences diverses et complémentaires dans les corps où elles se trouvent.

Une vision stratégique sur le long terme devrait permettre aux ingénieurs et futurs ingénieurs de faire des choix de mobilité et des choix de formation de façon plus sereine, leur redonnant le sentiment de maîtriser quelque chose de leur parcours professionnel et non de subir les aléas de réformes aveugles, qu’elles se nomment RGPP ou Modernisation de l’action publique.

Une expérience… intéressante :
Il importe également de tenir compte de l’expérience, pas forcément réussie tant en termes de coût que de gestion (création du CIMGIPEF), de la fusion des corps d’IPC et d’IGREF, amenant aujourd’hui l’Etat à se questionner sur les formations du nouveau corps d’IPEF…

Ce qu’en ont dit les ministres…

Philippe MARTIN (Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable, fraîchement nommé) et Cécile DUFLOT ont clairement affirmé que la fusion des corps d’ingénieurs de l’Etat n’est plus à l’ordre du jour. Stéphane LE FOLL a été beaucoup moins clair sur la question.

Retour au sommaire